Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

Atelier municipales 2008

Le plan Santé - municipales 2008

jeudi 17 janvier 2008

Ainsi que le montrent de nombreuses études et de nombreux rapports de l’OMS (même le gouvernement ne peut que le reconnaître : voir ci dessous), la santé d’une population est étroitement liée à son environnement. Ce terme doit être compris dans son sens large, c’est à dire en y incluant toutes ses composantes en particulier celles liées au mode vie : l’habitat, les habitudes alimentaires, les conditions de travail (+ trajet, stress), le lieu de résidence (ville ou campagne, région riche ou déshéritée) et le milieu social, ces deux derniers facteurs conditionnant souvent l’accès à l’éducation, à l’information, aux soins.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

La politique de santé d’un pays, d’une région, peut aussi être considérée comme une composante importante du cadre de vie c’est à dire de l’environnement de la population. extrait du site du ministère

Les constats récents suivants peuvent être relevés :

environ 30 000 décès anticipés par an sont liés à la pollution atmosphérique urbaine,
un doublement de la prévalence des maladies allergiques respiratoires est enregistré depuis 20 ans,
seules 37 % des ressources en eau potable disposent aujourd’hui de périmètres de protection, la qualité de l’eau dans le milieu naturel se dégrade de manière continue,
14 % des couples consultent pour des difficultés à concevoir, celles-ci pouvant être liées à des expositions à des substances toxiques pour la reproduction,
7 à 20 % des cancers seraient imputables à des facteurs environnementaux,
près d’un million de travailleurs seraient exposés à des substances cancérogènes,
les risques liés aux expositions dans les locaux sont mal connus alors que la population y séjourne environ 80% de son temps.

POLLUTION

www.airparif.org]

Polluants principaux (surveillés par Airparif en IDF) : Oxydes de carbone (CO), de soufre (SO2) et d’azote ; hydrocarbures légers ; COV (composés organiques volatiles) ; particules fines (+ métaux ou composés organiques) ; ozone (polluant dit secondaire)

  • Origines : industrie, trafic routier, chauffage ....

Propositions -
1 - Evaluation de la qualité de l’air (en particulier si la commune est située en zone « sensible » : secteur industriel, circulation routière dense...)
2 - Diffusion sur panneaux d’affichages publics des données concernant la qualité de l’air et des données concernant la présence d’allergècelles-ci sont connues)
3 -Tenter d’intervenir auprès des industries polluantes
4 - Restreindre la circulation des voitures en favorisant la circulation à pied (pédibus), en vélo (couloirs, zone 30 km/h, stationnement) +transports en commun

2 - Air intérieur :

De mieux en mieux connu : pollution souvent supérieure à celle de l’air extérieur. Les produits dangereux sont essentiellement des produits chimiques volatils (COV = composant organique volatile, type solvants, présents dans de nombreux matériaux de construction (+ peintures), produits d’entretien, détergents... + Problèmes des allergènes pour personnes sensibilisées (acariens, poussières de maison ...)

3- Problème des espaces verts et des produits phytotoxiques :

10% des pesticides utilisés en France (3ème consommateur mondial avec 76 105 tonnes en 2004 - derrière les USA et le Brésil) le sont pour l’entretien des jardins et des espaces verts. Ils contaminent le sol, l’eau mais aussi l’air, notamment au moment de leur utilisation. L’air ambiant à travers l’eau de pluie, le brouillard en contiennent également beaucoup.

Propositions
1- Eliminer le plus possible les polluants chimiques

Objectif d’une ville sans cancérigène-mutagène-reprotoxique (CMR) dont la liste est consultable exemplarité de la commune dans tous les locaux municipaux

Evaluer les procédures de nettoyage et d’entretien, en particulier dans les écoles, les crèches, les maisons de retraite. Les procédures utilisées devront être améliorées afin d’éliminer le maximum de produits potentiellement dangereux pour la santé.

Viser le Zéro pesticide pour les espaces verts municipaux.

2- Informer des habitants et sensibiliser des médecins généralistes

Service gratuit (prescription médicale) de dépistage des allergènes et des substances nocives (CMR) dans les lieux d’habitation (+ jardins privés)

Mise en place de dispositifs pour aider au dépistage des polluants intérieurs. Premières initiatives : ambulances vertes en Belgique. En France, création en 2002 par le Pr Denis Charpin, à Marseille de la Maison de l’allergie et de l’environnement (www.conseilhabitatsante.com)

MAUVAISE NUTRITION

Ses conséquences sont nombreuses : obésité, diabète gras (plus de 2 millions de français) ; maladies cardiovasculaires (170 000 morts) ; pathologies liées aux carences en vitamines (qui peuvent encore s’observer), en oligoéléments ...Elle concerne souvent les familles les plus défavorisées (où 25 % des enfants sont obèses) mais peut toucher tout le monde (les jeunes, les personnes âgées..). Causes nombreuses : pauvreté, défaut d’éducation, qualité médiocre de nombreux produits transformés, publicité ...

Propositions

1. Evaluer puis améliorer la restauration collective
Menus encadrés par du personnel compétent en matière de nutrition.
Prise en compte de régimes spéciaux : problème d’allergie, régimes sans sel, problème de surpoids, régimes végétariens ...
Introduire ou augmenter la consommation de produits frais et des produits bios

2. Informer le public :
En restauration scolaire une action pédagogique peut être faite avec un nutritionniste pendant le temps de midi.
Organisation d’événements de sensibilisation, type « la quinzaine de »
Participation des professionnels de santé, enseignants, habitants / associations

3. Action sociale :
Importance du rôle des structures de santé (PMI, centres de santé.)
Repérage des populations exposées
Organisation de la mise à disposition de produits frais bon marché auprès des populations défavorisées afin de permettre à chacun de consommer, comme cela est recommandé, 5 fruits et légumes par jour.

4. Lutter contre la sédentarité : L’absence d’activité physique constitue un facteur aggravant de la plupart des pathologies liées à la mauvaise nutrition.
Faciliter la circulation des piétons et des vélos (cf. : lutter contre la pollution)
Proposer des activités sportives variées et accessibles financièrement/gratuites
Encourager le système des « pédibus » pour amener les enfants à l’école.

Autres actions : De nombreux problèmes ne peuvent se résoudre directement à l’échelle municipale. Mais la municipalité peut agir ou aider au développement d’ associations pour obtenir des pouvoirs publics qu’ils encouragent la culture bio régionale, qu’ils préservent mieux les jeunes de la publicité, qu’ils fassent des campagnes d’information, qu’ils développent l’éducation à l’environnement, la santé (Exemple de Nantes), la consommation ( non seulement alimentaire)..Action au niveau de l’industrie agro-alimentaire (et pouvoirs publics) pour améliorer la qualité des produits (+ informations sur composition, origine...) ;

SANTE-SOCIAL

Addiction : alcool - tabac - drogue : Nombre de décès dits « prématurés » liés à la consommation de tabac et d’alcool toujours important en France (accidents, cirrhoses, cancers). Propositions
Organiser la prévention (« anti-tabac », soutien social aux familles, éviter passage des adolescents aux drogues dures ....)
Repérage et prise en charge des personnes dépendantes

Handicap, Dépendance
Isolent et entraînent souvent des états dépressifs, génèrent des difficultés pour les proches aussi Propositions
Favoriser l’insertion des personnes handicapées : faciliter leur circulation, leur accès à l’emploi, leur participation à la vie collective ; soutien psychologique ...
Aide à l’aménagement des lieux d’habitation pour que la personne reste le plus longtemps possible à son domicile dans de bonnes conditions (petits travaux, aides ménagères et distribution quotidienne de repas)
Soutien aux familles (aides à la personne ; lieux pour séjours occasionnels, structures d’accueil à la journée ; rôle des associations)

Jeunes et santé :

Propositions
Assurer une médecine scolaire efficace en particulier dans les secteurs défavorisés (dépistage : obésité, troubles du squelette ; contrôles bucco-dentaires, oculaires, des vaccinations, repérage de problèmes familiaux)
Développer un « enseignement de la santé » à l’école (exemple Nantes)
Structure d’écoute, d’information, d’accueil des adolescents drogues, mal-être, MST (sida), contraception,

Santé mentale :
Troubles psychosociologiques de plus en plus fréquents (précarité, isolement, stress.) Suicides des jeunes ; _ Troubles psychiatriques. Pouvoir d’hospitalisation d’office des élus en cas de « crises »

Propositions

Importance du suivi de proximité : psychologues, réseaux de santé mentale, assistantes sociales... (Prévenir dépressions, violences, rechutes).
Création des lieux de vie et des services au profit des personnes sujettes à des troubles psychiques, en vue de restaurer leur autonomie et de créer les conditions optimales d’une réinsertion sociale (maison, appartement...)
Et aussi : Importance des maisons, centres et réseaux de santé ; médecine du travail

La santé d’une population dépend de la qualité et de l’accessibilité à tous de son système de soins, mais aussi de toutes les initiatives qui aident plus ou moins directement, quotidiennement, à la préserver.

Mot-clé :
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50