Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

Manifeste contre les violences faites aux femmes

mardi 23 novembre 2004

À l’initiative du Collectif National pour les Droits des Femmes

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Manifeste adopté lors des “6 heures contre les violences faites aux femmes” le 21 nov. 2004

Nous sommes des femmes debout. Nous sommes des femmes qui luttons. Nous sommes des femmes qui, à chaque moment, construisons l’égalité entre les femmes et les hommes.

Construire l’égalité, c’est abattre les obstacles qui nous divisent, c’est abolir les discriminations, c’est éliminer les violences masculines à l’encontre des femmes.

Nous en avons assez d’être violées, et même au plus jeune âge, assez d’être frappées, excisées, harcelées, mariées de force, prostituées, traitées de sales gouines, humiliées. Et tout cela parce que nous sommes des femmes et que nous sommes prétendument inférieures.

Pouvoir disposer de son corps, de ses pensées, de son libre arbitre, de ses émotions, est un droit fondamental que nous entendons faire respecter. Et les violences que nous endurons encore, ici et aujourd’hui en, France nous privent de ce droit fondamental.

Certes, nous avons su remporter des succès considérables au cours des précédentes décennies en faisant voter des lois réprimant les violences conjugales ou le harcèlement sexuel, par exemple.

Certes, la société française est aujourd’hui plus sensibilisée au scandale des violences faites aux femmes. Mais les lois sont toujours très mal appliquées ! 1 viol sur 19 est condamné, les délits de violences conjugales sont transférés en médiation pénale pour désengorger les tribunaux... Mais aussi l’hypocrisie est toujours de mise avec la publicité sexiste qui fleurit sur les murs ou envahit les médias.

A l’heure actuelle, dans un contexte généralisé d’attaques contre les droits et de régression sociale, certainEs se permettent d’aller plus loin en caricaturant notre combat, en y faisant sonner des sirènes sécuritaires ou moralistes.

Nous en avons assez d’entendre qu’un viol est en fait un rapport sexuel un peu musclé et que donc il n’est pas passible de répression. Nous en avons assez d’entendre que la sexualité est une marchandise comme une autre et que donc elle est bonne à vendre et à prendre. Et enfin, injure suprême, nous en avons assez que l’on nous accuse de « victimiser » les femmes alors que nous faisons tout pour que les victimes relèvent la tête. Personne n’oserait jamais dire que les anti-racistes victimisent les Noirs et qu’un délit raciste, c’est de la franche camaraderie un peu appuyée qui ne doit donc pas être sanctionnée.

Ce que nous voulons !? Une réelle volonté politique pour enfin faire passer les violences faites aux femmes de fait divers en fait social. Nos lois sont incomplètes, mal appliquées, répétons-le, et très peu de femmes osent s’en saisir.

A l’aube de ce 21 ème siècle, il est plus que temps d’en finir avec le bricolage actuel. L’Espagne nous montre la voie. Nous voulons une loi-cadre qui prenne en compte tous les aspects des violences faites aux femmes, dans toutes les situations et tous les domaines. Sans oublier les conséquences de ces violences. Sans oublier comment faire appliquer cette loi et les moyens financiers afférents.

Des hommes se joignent de plus en plus à notre combat en se désolidarisant des violences faites aux femmes et de la virilité machiste que les rôles sociaux leur imposent. Nous saluons ces prises de position et sommes fières de mener ce combat en commun, afin d’arriver au stade de l’humanité.

Manifeste adopté lors des “6 heures contre les violences faites aux femmes”, 21 nov. 2004

Mots-clés : ,
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50