Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

intervention du groupe des élus verts au Conseil Régional

des mesures d’aide d’urgence spécifiques pour les« travailleurs pauvres »

dimanche 20 février 2005

JPEG - 10.1 ko
permanence du secours populaire

On a souvent tendance à caractériser l’Ile-de-France comme une région au niveau de revenu élevé. Et c’est vrai. En effet, le niveau de revenu des Franciliens est supérieur à la moyenne nationale, de plus de 26%.

Cependant, nous ne devons pas oublier que derrière cette belle moyenne, on trouve une grande diversité de situations. Ainsi, plus de 2/3 des ménages franciliens ont des revenus inférieurs aux plafonds HLM.

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

On trouve aussi dans notre Région des situations de pauvreté et d’urgence intolérables dans un pays et une région comme les nôtres. 50 ans après, l’appel de l’Abbé Pierre pourrait être renouvelé : plus d’un million de personnes vivent dans des logements dont la qualité est médiocre. Environ 500 000 personnes ne disposent pas d’un logement autonome. On estime à environ 85 000 personnes, les sans domicile fixes en Ile de France

Cette situation est d’une part le résultat d’une politique de désengagement de l’Etat depuis de nombreuses années en matière de construction et de rénovation de logements.

Cette situation est également le résultat de la politique libérale qui voulant toujours plus de rentabilité, délocalise, licencie, précarise, réduit toujours plus les salaires... politique dont les résultats sont toujours plus de personnes rejetées dans la précarité, la pauvreté... et bien souvent dans la rue.

Cette précarisation croissante de l’emploi, le recours de plus en plus fréquent au temps partiel imposé, entrainent en France aussi la création d’une nouvelle couche sociale : celle des travailleurs pauvres. 1 800 000 personnes vivent en Ile-de-France avec moins de 760€ par mois.

Ainsi, un sans domicile fixe sur 3 exerce une activité professionnelle. Et même 1/3 d’entre eux ont un contrat de travail à durée indéterminé dans une entreprise ou une administration.

Pour Les Verts, attachés aux valeurs de solidarité, soucieux d’une société de développement soutenable, qui ne laisse personne sur le bord du chemin, cette situation d’extrême précarité est intolérable. Elle doit être combattue politiquement.

Mais devant l’urgence, des mesures immédiates sont indispensables.

Beaucoup d’associations oeuvrent dans le champ de l’hébergement d’urgence et temporaire : face aux besoins de plus en plus criants, elles sont en grande difficulté, elles ont besoins de soutien. Le dispositif des emplois tremplins y contribuera mais nous devons réfléchir à une aide financière complémentaire.

Mais l’essentiel reste la question de la création de structures supplémentaires dans un domaine qui est de responsabilité de l’Etat, même si les collectivités locales interviennent fréquemment.

Nous approuvons donc totalement la proposition du groupe socialiste concernant le mandat donné au Président pour négocier avec l’Etat - et les associations du secteur - la création de places supplémentaires d’hébergement d’urgence et temporaire.

Même si ces situations d’exclusion ne touchent pas que les travailleurs pauvres, nous sommes naturellement favorables aux autres propositions du groupe socialiste, visant spécifiquement cette catégorie :

  • allocation d’une aide exceptionnelle d’urgence aux associations oeuvrant en faveur des travailleurs sans-logis
  • lancement d’une réflexion sur le problème spécifique des travailleurs sans-logis en s’appuyant sur la Commission Logement et Action Foncière.

Intervention de Emmanuel Moreau, conseiller régional Vert, relative au voeu du groupe PS sur l’aide d’urgence aux travailleurs pauvres mardi 23 novembre 2004.


à lire aussi concernant l’examen du projet de loi Borloo de cohésion sociale : l’Intervention de Martine Billard, députée verte, en discussion générale :« certains dispositifs institutionnalisent davantage la précarité au nom de l’aide aux précaires »

Assemblée nationale Première séance du mercredi 24 novembre 2004.

intervention de Martine Billard

Mots-clés : ,
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50