Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

Les Verts de Massy lancent une pétition pour le retour de la distribution de l’eau en régie publique

vendredi 27 juin 2008

En Ile-de-France, le SEDIF (syndicat des eaux d’Ile-de-France), englobe 144 communes. Créé par les communistes il y a une cinquantaine d’années, il est présidé aujourd’hui par André Santini. Plusieurs communes ont demandé à sortir de ce syndicat, mais, comme le réseau appartient au Syndicat, celui ci réclame une forte somme d’argent aux communes.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Ce syndicat est complètement verrouillé par une collusion entre politiques et industriels, ce qui rend très difficile toute remunicipalisation de l’eau dans ces 144 communes.
extrait de l’atelier " municipales 2008 Les services publics locaux : L’exemple de l’eau"

L’intérêt est de taille, en effet, dans les 40% de communes Françaises qui sont sous gestion de régies municipales. On constate un écart du prix de l’eau d’au moins 20% à la baisse, des investissements en hausse de 300%, une baisse des fuites de 20%.
Dans certaines communes, on propose même la gratuité des 20 premiers mètres cubes pour les handicapés, les RMIstes...

La transition entre privé et régie locale est rendue particulièrement complexe par les industriels de l’eau. Sachez cependant que celle ci n’engage ni un changement de matériel (puisqu’il s’agit d’une concession), ni un changement de personnel, puisque celui ci « accompagne » le réseau d’eau, quel que soit l’opérateur. Il conserve le statut sous lequel il à été embauché.

Lorsqu’un contrat vient à échéance, il est possible, afin de préparer la remunicipalisation de la gestion de l’eau, de demander une prolongation d’un an à l’ancien opérateur. A chaque fois qu’un contrat vient à échéance, la Commission Consultative des Services Publics doit donner un avis. Il est donc important d’y siéger.

Pour les élus Verts, le mandat 2008-2014 doit être l’occasion de mettre en premier plan du débat politique la question des services publics locaux, et notamment ceux de l’eau et de l’assainissement.

Le débat doit avoir lieu pour un contrôle démocratique et citoyen de la gestion de l’eau. Il faut lever le tabou qui fait que l’on n’en parle pas.

Comme les contrats doivent être prochainement renouvelés pour un très grand nombre de villes, c’est le moment d’avoir l’avis des différentes municipalités, à ce questionnement en leur demandant de se prononcer sur le retour en régie publique des services locaux de l’eau, ou son maintien dans le cas où celui-ci est le mode de gestion en vigueur.

Il faut dire que financièrement, ce sont 12 milliard d’euros à gérer sans aucune représentativité des citoyens que ce soit dans les gestion ou dans l’assainissement.

En France, la mainmise de trois multinationales qui contrôlent près de 80 % de la distribution de l’eau et de la gestion des réseaux d’assainissement, se traduit par :

des bénéfices colossaux réalisés au détriment des usagers domestiques, une gestion opaque hors d’un réel contrôle des élus et des consommateurs, des dérives financières récurrentes pouvant aller jusqu’à une corruption avérée,

des différences de tarifs avec les services en régie pouvant varier de 23 % à 44 % selon le rapport n° 3081 de l’Assemblée Nationale daté de 2001.

Ce bien vital, essentiel et indispensable à la vie, est géré par le privé dans 60 % des communes françaises et dessert 80 % des usagers.

Les Verts de Massy mettent à la disposition des groupes locaux le tract et la pétition à télécharger sur cette page.

les Verts Massy

PDF - 253.2 ko
Tract pour le retour en régie de l’eau

Mot-clé :
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50