Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

Saruul Agvaandorj témoigne de la situation en Mongolie - août 2008

jeudi 28 août 2008

Saruul Agvaandorj , dirigeante du mouvement vert de Mongolie arrêtée durant une manifestation pacifique a été libérée le 19 août 2008,
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Un message de Saruul

Chers Verts autour de la planète,

Un grand merci d’avoir soutenu l’appel pour notre libération et pour la démocratie en Mongolie.

Les élections parlementaires en Mongolie, cette année Comme chaque fois depuis 1990, ont été manipulées par le Parti communiste de Mongolie, appelé également Parti révolutionnaire de Mongolie. Les résultats faussés ont mis beaucoup de gen en colère.A cause de la corruption et du non-respect des lois par le Parti révolutionnaire de Mongolie, beaucoup, en majorité des jeunes, ont manifesté pour exprimer leur opposition. La police a tiré sur un jeune homme. Il a perdu un oeil. Le chef du parti communiste qui est aussi le Premier Ministre, ne s’est pas manifesté, ce qui a augmenté la colère des manifestants. Leurs appels au changement Se sont faits plus forts. Des policiers en civil ont poussé à la révolte. Personne ne savait qu’il s’agissait de policiers. Certains jeunes ont pris des pierres, tout le monde s’est mis à ramasser des pierres. Personne ne sait d’où venaient le pétrole et les substances chimiques...mais le soir, le bâtiment était en feu !. Le 11 juillet, il y a eu un affrontement important entre la police et les manifestants. Le 12 juillet, 800 jeunes hommes, 9 femmes et 14 enfants ont été arrêtés. 8 personnes ont été tuées. La police les a traquées comme des antilopes. 6 jeunes hommes ont perdu leurs yeux. Beaucoup ne pouvaient comprendre pourquoi la police tirait en visant à la tête ce qui explique les morts et les blessures aux yeux. Pourquoi, ces pauvres gens, sans fusils ni couteaux, ont été chassés comme des bêtes sauvages ?. Beaucoup des personnes arrêtées ne connaissaient pas leurs droits. Ils ont été contraints de signer des papiers soit parce qu’ils avaient peur, soit par la force. Et le parti communiste, y compris le Président de la Mongolie, n’a pas voulu relâcher ces prisonniers politiques. Arslan, et moi-même avons commencé » un sit-in silencieux en face du bâtiment gouvernemental. Nous demandions la libération de ces prisonniers politiques. Les dirigeants communistes affirment sans relâche que « la Mongolie est un pays démocratique ». Nous protestions aussi contre la dictature en Mongolie. Voici la raison pour laquelle nous avons été emprisonnés durant 14 jours. Le procureur du gouvernement nous a dit que « ce sit-in n’était pas une grève mais une manifestation ». Mais dans le rapport de la commission des droits humains de Mongolie, écrit en 2007, il est dit que « une grève n’est pas une manifestation ».En dépit du rapport, le procureur a été conduit par les dirigeants communistes et par le Président de la Mongolie à nous arrêter Ils n’aiment pas les mots de « prisonniers politiques » ni « pas de dictature ». En Mongolie, nous avons une véritable diuctature communiste depuis 1989. L’appeler mafia semble plus approprié. Nos communistes doivent gagner les élections afin d’encaisser les grosses contributions financières des compagnies minières étrangères. En tant que soi-disant pays démocratique, ils peuvent prétendre au soutien des pays du G8. La situation est identique dans beaucoup de pays africains. Il est incroyable que nous ayons été relâchés. Merci chers Verts. Nous avons été au pain et à l’eau pendant 14 jours. Aujourd’hui , quelqu’un m’a dit que la police ne voulait pas nous relâcher. NBous ne sommes pas réellement libres non plus. Ils écoutent nos coups de téléphone et nous surveillent. Nous continuerons à nous organiser. Merci, que Dieu vous garde, Paix Saruul

en savoir plus

Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50