Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

février 2009 - Lettre ouverte des Verts IDF concernant le projet de circuit de Formule 1 en Yvelines

jeudi 12 mars 2009

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Paris, le 27 février 2009

Lettre ouverte au Président de la république, au Premier ministre, aux ministres de l’Ecologie et de l’Agriculture, aux parlementaires, aux maires de Flins et de Mureaux

Objet : Projet d’implantation d’un circuit de Formule 1 en Yvelines

En septembre 2008, M. Pierre Bédier, Président du Conseil général des Yvelines, a présenté un projet d’installation d’un circuit de formule 1 dans le département des Yvelines, sur les territoires de Flins-sur-Seine et les Mureaux (Vallée de Seine). Ce projet est assorti d’un investissement de 122 millions d’euros apporté par le Conseil général, sans concertation préalable avec les populations locales et les associations.

Les 178 hectares de terrains choisis pour installer ce circuit faisaient pourtant l’objet d’une procédure d’acquisition par la Région, afin d’y accueillir le plus important projet de culture biologique d’Ile de France, en plein accord avec les préconisations du Grenelle de l’environnement (engagement 121) : répondre à la demande exponentielle des consommateurs en produits BIO (10% par an).

Cela n’a pas empêché la préfète des Yvelines de prendre des arrêtés en date du 21/10/2008, qualifiant de ZAD les terrains afin d’y permettre la réalisation du circuit, suscitant la création d’un collectif autour d’élus, d’agriculteurs biologiques, d’associations, et de nombreux habitants des communes concernées et environnantes, pour s’opposer au projet.

Le circuit serait construit sur l’une des plus importantes nappes phréatiques d’Ile de France où 30 millions de m3 d’eau potable sont prélevés chaque année pour alimenter les foyers de 700 000 habitants pour les départements des Yvelines et Hauts de Seine.

Si nous y ajoutons les nuisances olfactives, atmosphériques, sonores, visuelles, ainsi que l’augmentation prévisible des déplacements, la Vallée de Seine deviendrait le site le plus pollué du département des Yvelines, alors que de gros efforts ont été entrepris avec le SPPI pour supprimer la pollution dans cette partie spécifique du département.

Face aux réactions, Pierre Bédier nous promet aujourd’hui un circuit « Haute Qualité Environnementale », six puits de captages d’eau potable seront déplacés, la culture biologique sera installée ailleurs. Mais tous les experts le diront : outre les risques majeurs de pollution, ce projet en pleine zone inondable ne pourrait qu’aggraver les risques d’inondations. Sans compter la surconsommation de carburant de ce sport automobile, 1 bolide consommant 75 litres de carburant aux 100 km.

On nous annonce des milliers d’emplois, en faisant de ce site la référence mondiale en matière d’innovation et de la voiture du futur. Mais les grands constructeurs implantés dans le département, Renault et Peugeot, ont déjà leurs centres de recherches en France et dans le monde. Renault a délocalisé une partie de sa production en Slovénie, des centres de recherches et développement en Inde, Roumanie, Corée, avec des technocentres employant des ingénieurs et des techniciens « low cost ». Vont-ils être re-localisés à Flins ? Doit-on financer un circuit sale pour investir dans la voiture propre ?

Les courses de formule 1 sont en réalité un sport mécanique d’un autre âge, à l’heure du réchauffement climatique et du Grenelle de l’Environnement. D’ailleurs Honda s’est retirée en novembre dernier du championnat du monde de F1 pour des raisons de priorité budgétaire et de sobriété énergétique. L’écurie Renault F1 vient de perdre son plus gros sponsor, ING. Williams n’a plus le soutien de la Royal Bank of Scotland. Le Gouvernement canadien s’est désengagé du financement du Grand Prix de Montréal et celui-ci n’a plus lieu. Les déficits des grands prix d’Australie, d’Allemagne et de Belgique se creusent et les pouvoirs publics sont appelés à les combler.

Pourtant Pierre Bédier est prêt à monter le curseur jusqu’à 150 millions d’euros. Il parle déjà d’endettement du département, de l’accord des communes des Mureaux et de Flins de combler un déficit prévisionnel de 8 millions d’euros. Quel gaspillage d’argent public pour un projet sans lien avec des emplois d’avenir, avec les besoins des yvelinois et des franciliens et dont les seules retombées durables qui soient certaines sont les nuisances qu’il va produire !

Pour assurer des emplois à long terme, nous devons investir dans les voitures économes qui n’ont pas besoin d’un circuit F1, repenser la mobilité, développer les moyens alternatifs de transport, car la crise de l’automobile n’est pas seulement la conséquence de la crise économique et financière générale, c’est un phénomène profond et durable, lié à l’épuisement de la ressource pétrolière et au changement des représentations de l’automobile. C’est pourquoi, il faut investir massivement dans les secteurs qui ont de l’avenir, tout en préservant les intérêts des salariés du secteur et des entreprises sous-traitantes, qui n’ont pas à faire les frais des mauvaises décisions de leurs employeurs. Il est faux de croire qu’un circuit de F1 aussi prestigieux soit-il puisse être un produit d’appel à l’investissement, aucune étude ne corrobore ce fait.

Comment peut-on allouer autant d’argent public pour la réalisation de ce projet alors que les besoins des yvelinois et des français sont criants en matière de logements sociaux, de transport public, d’éducation et de santé ? Comment accepter l’implantation de cette infrastructure mettant en péril les captages d’eau, ressource raréfiée tant convoitée et si nécessaire pour nos vies et notre économie ? Comment refuser l’implantation d’agriculteurs BIO alors même que le Gouvernement a pris l’engagement de porter à 20% les surfaces agricoles utiles en BIO en 2020 (aujourd’hui 2%) ? Est-ce responsable d’affecter ce budget somptuaire pour des emplois éphémères et saisonniers plutôt qu’à des actions répondant à l’intérêt des générations présentes et à venir ?

Monsieur le Président de la république, Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et messieurs les parlementaires, messieurs les maires de Flins et des Mureaux, nous vous demandons de ne pas apporter votre soutien à ce circuit F1. Un tel circuit ne doit se réaliser ni en Ile-de-France, ni ailleurs sur le territoire national. Alors que nos concitoyens sont invités à se serrer la ceinture, ces dépenses somptuaires aux conséquences défavorables et irréversibles pour l’environnement seraient une véritable provocation.

Je vous prie de croire à l’assurance de ma haute considération.

Pour Les Verts Ile-de-France
Suzanne AUGER
Secrétaire régionale

Mot-clé :
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50