Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

Changer de régime alimentaire : de la prise de conscience à la mise en oeuvre

mercredi 15 avril 2009

La faim dans le monde ?
Ce n’est pas seulement un problème de pauvreté des individus, c’est aussi un problème de manque de ressources alimentaires locales.
Si les terres cultivables disparaissent avec les sécheresses et la désertification, dans le tiers monde, de plus en plus d’espaces cultivables sont destinés à des productions non vivrières : les agrocarburants, notamment.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Ainsi, en Indonésie, les cultures de palmier à huile détruisent la forêt humide, qui est certes l’écosystème des tigres et des orangs-outangs, mais aussi celui des populations indigènes qui y vivaient de cueillette, de chasse et de pêche.
En Colombie, ce sont les parcelles d’agriculture vivrière qui ont été transformées (1) , et au Sénégal, c’est le jatropha, donné il y a deux ans comme une plante miracle parce qu’elle pousse dans le désert, mais désormais cultivée sur des terres arables, au détriment de l’agriculture vivrière.

Mais les agrocarburants ne sont pas seuls en cause, et le modèle alimentaire « carné » des pays riches, que commencent à partager des pays émergents (Chine, Inde) constitue une nouvelle menace.
On a besoin, pour se nourrir correctement, de calories principalement fournies par les glucides et les lipides, ainsi que de protéines (animales ou végétales) permettant d’entretenir et renouveler les tissus.
Dans les années soixante, en France, la viande était rare et chère.
Dans les classes moyennes et modestes, on en mangeait parfois une fois par semaine seulement.
Avec le développement de l’élevage intensif, en batterie, d’animaux nourris au régime maïs-soja, dans les années 1960-1970, la viande est devenue accessible à tous.
Avec les abus et les catastrophes sanitaires que nous avons tous en mémoire (veau et poulet aux hormones, poulet à la dioxine, vache folle...).
La production d’1 kg de protéines animales occupe 10 à 15 fois plus de terre agricole que la production d’1 kg de protéines végétales.
On doit aussi prendre en compte la menace qui pèse sur les réserves d’eau potable : en Californie, il faut 100 l d’eau pour produire 1 kg de pommes de terres, 4600 l pour 1 kg de viande de porc, 4100 l pour 1kg de viande de poulet, et ... 13 000 l d’eau pour 1 kg de viande de boeuf !

Attention : si la production de viande, en France, pèse lourdement sur notre propre réserve en eau (pour l’arrosage des cultures de maïs fourrager), elle pèse aussi les terres cultivables d’autres régions de la planète : au lieu de produire nous-même les protéines suffisantes pour l’alimentation du bétail, nous achetons des tourteaux de soja en Amérique du Nord et du Sud.
La culture du soja au Brésil illustre comment la consommation de viande pèse sur la forêt amazonienne.
Alors que dans le même temps, notre gouvernement subventionne les producteurs de tournesol, de betteraves et de céréales pour alimenter en E-10 et en biodiesel les réservoirs de nos voitures !

Que changer, et comment convaincre qu’il le faut ? Une étude des experts d’ Agrimonde (février 2009) pronostique une convergence des régimes alimentaires en matière d’apport calorique, et notamment une diminution de 4000 à 3000 de l’apport calorique quotidien dans les pays de l’OCDE.

L’avenir de l’alimentation de la planète y est envisagé du côté de l’agriculture : des progrès à accomplir tout en préservant l’environnement et les espaces de biodiversité. _ La diminution de la consommation des pays riches est proposée ; mais au-delà de la prise de conscience, de la « dissémination » du concept d’alimentation durable suite aux « émeutes de la faim » et du souhait qu’une attitude plus responsable soit encouragée par les acteurs de la société civile comme par les pouvoirs publics, il est souligné que manquent encore des connaissances pour mieux comprendre la complexité des comportements alimentaires et de leur relation à la santé...
Il y a aussi des entraves au changement vers un mode d’alimentation plus soutenable, telle l’intervention des lobbys de la viande et des produits laitiers.

Mais les conséquences sanitaires de la malnutrition se manifestent aussi en France, comme le révèlent plusieurs rapports extrêmement dramatiques sur la situation alimentaire des « pauvres » en France.
Christine César indique que s’il est possible de s’y alimenter correctement avec 3,60 euros par jour (le seuil de « pauvreté alimentaire »), les personnes les plus en difficulté ne disposent pour se nourrir que de 2,50 euros. Dans ces conditions, il n’est pas possible d’avoir une alimentation équilibrée.
Pour changer « en douceur », il faudra éduquer à des goûts nouveaux, de nouveaux équilibres de repas.
Les diététiciens, par exemple, doivent pouvoir enseigner comment introduire des produits de l’agriculture biologique dans les menus des collectivités, ce qui implique non seulement une politique d’achats différente, mais surtout de composer différemment les menus, pour faire face au coût plus élevé des denrées.
Une nouvelle étape serait aussi d’enseigner l’usage et la consommation des protéines végétales, par exemple sous la forme d’un repas végétarien par semaine dans les cantines.

Il restera aussi à prendre en compte les conditions de travail des paysans et des ouvriers agricoles.
Notamment à l’intérieur même de l’Union européenne : peut-on accepter de consommer des produits agricoles, par exemple espagnols, quand on connaît les conditions sanitaires, les conditions de travail épouvantables des hommes et des femmes immigrés employés aux récoltes ?
Ce devra être l’objet d’autres campagnes de sensibilisation encore...

Natalie Gandais-Riollet
porte-parole des Verts Ile-de-France
Paru dans Politis n°1047"

Lire les interventions du colloque « Alimentation soutenable, bien manger pour manger tous »

(1) « Les arbres du mal »,paru dans Politis, n° 954.

Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50