Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

La Fête de quartier des Tarterêts finit sous les lacrymogènes

Les habitants des quartiers populaires sont-ils des indigènes ?

lundi 29 juin 2009

Corbeil-Essonnes Ecologie
dimanche 28 juin 2009
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

La situation a de nouveau dégénéré gravement ce dimanche soir dans le quartier des Tarterêts vers 19H. La fête organisée par les associations du quartier s’y tenait tranquillement : stands, animations, podium... Atmosphère bon enfant et chaud soleil de fin d’après midi.
Ce tranquille espace de convivialité s’est transformé en 10 minutes en scène de guerre : un épais nuage de lacrymogène recouvre la place, des grenades sont lancées jusque sur le podium et dans un local proche ; des mères de familles en pleurs fuient cette nasse, protégeant leurs enfants en bas âge.
La police prétend avoir simplement voulu arrêter un individu en périphérie de la fête et, prise à parti, aurait tiré pour se dégager, les gaz se déplaçant vers la fête. Version contredite sur place par la présence des douilles et les témoignages des mères de familles présentes.
Une manifestation spontanée de près de 400 personnes, encadrée par les adultes présents, s’est dirigée vers le commissariat et a fait sit-in devant pendant près de 2h30. Une délégation reçue vers 21h30 par les responsable du commissariat a obtenu :
1°) Une enquête administrative ;
2°) Le dépôt de plainte immédiat de 3 personnes atteintes par les projectiles ;
3°) La libération d’une personne arrêtée.

Les Verts interpellent aujourd’hui sur le fond le Préfet de l’Essonne :
1°) Comment la fête de quartier des Tarterêts peut-elle, pour le 2ème fois, se transformer en 10 minutes en scène de guerre ?
2°) Quelle sont les consignes données aux forces de police - un service public - et que signifie cette présence permanente, obsédante, des forces de l’ordre dans ce quartier ? Une présence perçue comme humiliante par son caractère permanent quand elle n’est pas perçue comme provocante tout autour de la fête (plusieurs témoignages nous indiquent des contrôles d’identité à répétition et très peu fondés – dont une élue locale – cet après midi).
3°) Qui a intérêt à entretenir voire à faire monter la tension aujourd’hui aux Tarterêts ?
4°) Les habitants des quartier populaires ont le sentiment d’être des bêtes en cage. Doivent-ils définitivement se considérer comme des indigènes ?

Les Verts interpellent également le Procureur de la République afin que tous les habitants souhaitant porter plainte puisse être reçus, comme c’est le droit de tout citoyen de ce pays

La réinstallation d’une police de proximité, souhaitée par les habitants, ne pourra se faire sans modification radicale des modes d’intervention de la police nationale dans ces quartiers.
Ce dimanche, c’est la confiance en l’Etat qui s’est encore un peu plus érodée.

Jacques Picard

Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50