Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

Marée noire dans le golfe du Mexique : Toute la biodiversité exceptionnelle de la région est menacée

Par Greenpeace

jeudi 22 juillet 2010

Dans ce document, Greenpeace dresse le bilan catastrophique de la marée noire dans le golfe du Mexique sur la bio-diversité.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Toute la biodiversité exceptionnelle de la région est menacée :

  • Le thon rouge de l’Atlantique nord : présent dans le golfe du Mexique, leur saison de reproduction s’étend de mi-avril à mi-juin. Cette espèce est déjà gravement menacée.
  • Les tortues de mer : la zone affectée abrite 5 des 7 espèces de tortues marines. La tortue de Kemp est l’espèce de tortue la plus menacé au monde, et l’une des ses deux routes migratoires principales passe par le sud du Mississipi. La tortue caouanne, elle aussi en voie de régression, séjourne dans les eaux du golfe entre mai et octobre.
  • Les requins : partout dans le monde, les espèces de requin sont en déclin. Les nappes de pétrole sont déjà très proches des îles Chandeleur (situées à la pointe sud de la Louisiane et faisant partie d’une réserve écologique). Ces îles sont entourées de prairies sous-marines particulièrement appréciées par plusieurs espèces de requins, qui viennent s’y alimenter ou s’y reproduire (c’est d’ailleurs le début de la saison de reproduction pour les requins dans le golfe du Mexique). Le requin-baleine, le plus gros poisson du monde, s’alimente du plancton présent à la surface de l’eau, et pourrait donc lui aussi être affecté.
  • Les mammifères marins : baleines, dauphins et les marsouins. La marée noire présente un risque immédiat pour les mammifères marins, qui ont besoin de remonter à la surface pour respirer. Si la nappe de pétrole constitue un grave danger en elle-même, les toxines qu’elle dégage dans l’air sont aussi une menace à prendre au sérieux. Un groupe de cachalots évoluant habituellement dans la zone touchée par la nappe d’hydrocarbure pourrait donc être en danger, ainsi que des dauphins, des baleines et des marsouins.
  • Pélican bruns : oiseau emblématique de la Louisiane, le pélican se réfugie dans les îlesbarrières et se nourrit à proximité des rivages. Cet oiseau a été retiré de la liste des espèces en voie de disparition seulement l’année dernière : sa population a été décimée par les ouragans et tempêtes qui ont ravagées la région. Son taux de reproduction est très faible. La saison de reproduction vient de commencer, et la nappe de pétrole est une menace très sérieuse pour les oeufs en incubation.
  • Oiseaux de rivage migrateurs et oiseaux nidificateurs : le surdéveloppement des fronts de mer le long du littoral de la Floride au Texas a rendu la vie difficile à plusieurs espèces de pluviers, de bécasseaux, de sternes, et d’huîtriers. Ceux qui construisent leurs nids au sol et se nourrissent d’invertébrés risquent d’être exposés au pétrole qui s’étalera sur les plages. Certains oiseaux de rivage migrateurs traversent pratiquement tout l’hémisphère occidental : ils se reposent sur les îles-barrières du golfe du Mexique avant de poursuivre leur voyage.
  • Passereaux migratoires : fauvettes, loriots, bruants, gobe-mouches, hirondelles, etc. Environ 96 espèces de passereaux des tropiques effectuent un voyage de 800 km, sans escale, à travers le golfe du Mexique. Au cours des deux prochaines semaines, la saison migratoire battra son plein alors que ces oiseaux partiront d’Amérique centrale et du Sud vers l’Amérique du Nord, pour se reproduire. Les fumées dégagées par les nappes de pétrole, qui ont été mises en feu pour tenter de contenir leur avancée, pourraient fortement perturber leur migration, bien que ce type d’impact reste très difficile à évaluer.
  • Huîtres, crabes bleus, crevettes : particulièrement nombreux dans les zones marécageuses de la région. Un petit poisson, appelé Menhaden, constitue une ressource importante pour la région : son huile et sa chaire entrent dans la composition de nombreux produits, allant des cosmétiques aux aliments pour animaux. La nappe de pétrole risque d’arriver sur les côtes lorsque le Menhaden est en saison de reproduction.

Une liste malheureusement non exhaustive…

Voir en ligne : Site de Greenpeace France

Mot-clé :
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50