Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

25 septembre 2005 - 6,81 %pour les Verts à Législative partielle dans la 13ème circonscription des Hauts de Seine

mardi 20 septembre 2005

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Résultats de l’élection législative partielle du dimanche 25 septembre 2005 :

1. Patrick Devedjian UMP : 41,83 %
2. Michèle Canet PS : 26,50 %
3. Chantal Brault UDF : 11,58 %
4. Denis Delrieu VERTS : 6,81 %

5. PC : 05,39 %
6. FN : 04,39 %


Votez Verts, c’est penser à demain pour agir aujourd’hui

Agir maintenant et voir plus loin
Les partis traditionnels n’apportent pas de réponses aux défis de notre époque. Les Verts annoncent depuis des années les raisons objectives des désordres de nos sociétés. La hausse du prix de l’énergie, le dérèglement climatique, la malbouffe, les maladies professionnelles, la précarité sociale, l’isolement et l’exclusion, les inégalités toujours plus criantes appellent des changements courageux. Les Verts proposent une orientation plus responsable, pour les générations futures, plus sobre face au gaspillage, plus solidaire et plus respectueuse de la planète. Je me bats pour des objectifs essentiels, concrets, accessibles, c’est mon projet de Député.

Denis DELRIEU, candidat les Verts
Helia CACERES, suppléante

Le monde est devenu un grand marché où la valeur dominante est le profit immédiat et où tout est monnayable.
Notre combat consiste à défendre la priorité du politique sur l’économique. Le « marché » ne doit pas décider de tout, il a besoin de règles pour être au service des citoyens.
La terre est devenue un réservoir où l’on puise sans retenue les richesses, sans se soucier de l’après.
L’époque du pétrole bon marché est terminée, le poisson de mer est rare, l’eau potable se renchérit là où elle est distribuée et n’est pas accessible à la majeure partie de l’humanité, des espèces animales et végétales disparaissent par centaines ...
Nous ressentons déjà les premiers effets des crises majeures qui arrivent.
Pour durer, notre société doit apprendre la sobriété dans son usage des ressources naturelles et de l’énergie.
Les dérives neolibérales du productivisme (la mondialisation à la “chinoise”) et son pendant la consommation sans limite (la loi du “toujours plus”) nous entraînent dans une impasse.
Sortons de cet engrenage et redonnons un sens et une dignité à nos existences, et un avenir à nos enfants.

Un programme social et économique, environnemental, internationaliste, politique et culturel

  • Social

Le chômage touche au moins 10 % de la population, un jeune sur 4, 40% pour les moins qualifiés ; il est la première source d’inquiétude des Français. Attendre une hypothétique croissance de l’économie est un leurre. Reprenons l’idée de réduction du temps de travail. Les difficultés rencontrées lors de l’application de la loi sur les 35 h ne doivent pas occasionner un retour en arrière, mais une adaptation à la réalité du terrain économique.

  • Développons le secteur de l’économie solidaire et sociale. Des gisements d’emplois existent, dans l’aide aux personnes, l’insertion, la formation, l’éducation, la médiation pour la sécurité - vue trop souvent sous l’angle unique de la répression.
  • Le secteur des énergies renouvelables (solaire, éolien) est promis à un avenir considérable en terme d’emplois, ainsi que les secteurs du recyclage et de la dépollution. Le bâtiment est capable de créer des emplois en masse. Il doit assurer la construction de nouveaux logements et la rénovation des anciens et contribuer ainsi au programme d’économies d’énergie .
  • Le logement est un droit, la situation actuelle de pénurie est inacceptable. En lançant un programme national de logement social, l’État doit assurer à tous les citoyens un habitat décent. De plus, le redéploiement des activités économiques, par un plan de décentralisation d’envergure améliorerera les conditions de vie, en prenant en compte les questions de transport travail/domicile.
  • La santé est une richesse nationale à entretenir et développer, comme la recherche. La gérer d’un point de vue comptable, au détriment des assurés sociaux est une politique de court terme destructrice de l’égalité de l’accès aux soins. Réduire les consommations de soins sans agir sur les causes est un non sens. C’est pourquoi, il est urgent de développer une politique de prévention centrée sur les priorités essentielles, dotées de réels moyens et agir sur les causes modifiables de maladies (environnement, comportements).

Nous garantirons un accès à des soins de qualité, égal pour tous, sans sacrifier notre système de soin à l’appétit des assurances privées. La prévention en matière- de santé, c’est aussi le développement des instances de surveillance en matière d’alimentation et de pollution.

Garantissons un meilleur service public dans l’Éducation, la Santé, les Transports, par des projets d’investissement et de développement pour être au plus près des citoyens. Les services publics sont des éléments essentiels de l’organisation sociale. Nous combattons les exclusions, par exemple celles qui touchent les handicapés.
Les handicapés sont aujourd’hui en marge de la société, que cela soit pour l’accès à l’éducation, à l’emploi ou même simplement pour les déplacements. Une volonté forte d’intégrer dans la vie sociale les handicapés est nécessaire, par des investissements financiers, mais aussi par des incitations aux changements de comportements individuels.

  • Environnemental

Appliquons strictement le protocole de Kyoto sur les émissions de gaz à effet de serre, en prévoyant d’aller bien au delà. En France, c’est sur les transports et l’habitat que doit porter l’effort principal.
Développons les transports en commun et ferroviaires pour faire baisser le flux de camion, qui coûte si cher à la collectivité, en routes et en santé publique.
Économisons l’énergie dans le logement, et dans l’industrie en généralisant l’usage des principes de construction de Haute Qualité Environnementale, .
Développons des énergies renouvelables, solaire, éolien, biomasse (bois de chauffage...), pour s’orienter vers la sortie du nucléaire sans avenir, et préparer la fin du pétrole qui arrive à grand pas.
Choisissons une agriculture humaine respectueuse de l’environnement (bio, raisonnée...) et permettant l’existence décente des exploitants.
Changeons la Politique agricole commune de l’Union Européenne dans un sens à la fois motivant pour les agriculteurs européens et solidaire avec ceux du Sud.

Tous les pays auront à faire face à ces questions, les plus prévoyants assumerons mieux les transitions à venir.

  • Internationaliste

L’Europe politique est un élément central de notre vision du monde.

Pour les Verts, deux dimensions du monde des échanges internationaux sont primordiales :
L’Europe, qui doit être construite rapidement, renforcée et devenir notre espace de vie naturel et notre échelle politique. Une Europe fraternelle et forte, qui montre la voie de la construction d’une société équilibrée, ouverte, respectueuse des individus et solidaire.
Les rapports Nord/Sud. Faim, soif, violence armée, travail forcé, toutes ces formes d’aliénations sont le lot quotidien de peuples entiers. Nous pensons que la France, l’Europe et les pays riches ne sont pas assez solidaires avec ces pays. Nous sommes conscients des difficultés de l’aide au développement, de la corruption, des erreurs anciennes. Nous savons aussi le poids du passé : esclavage, politique coloniale... Le reconnaître, c’est avancer pour moins de racisme et d’exclusion, en France et ouvrir de nouvelles relations politiques internationales.

  • Politique

Les représentants politiques

doivent respecter leurs propres fonctions électives, leurs mandats et donc leurs électeurs. Dès maintenant, ouvrons le chantier de la VIe République. Pour redonner de la confiance envers les élus, interdisons le cumul des mandats et limitons les réélections. Donnons aux citoyens les moyens de peser sur les décisions grâce à la démocratie participative. Une coopération accrue entre parlements nationaux et européen doit être mise en œuvre. Aujourd’hui comme hier, nous exigeons le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales et européennes.

  • Culturel

Notre culture est notre identité. Défendons l’exception culturelle, la préservation des patrimoines et la francophonie.

Parallèlement, résistons au formatage et nivellement par le bas en soutenant la création originale.

Dissocions la culture du commerce et redonnons à ceux qui créent des outils pour nous émerveiller.


Que dire de la volonté de Patrick Devedjian de retrouver un siège de député ?

Remplacer un UMP par un autre UMP, qu’est-ce que cela va changer, d’autant plus qu’aujourd’hui la politique du gouvernement se fait par ordonnances ?

Comment croire que Patrick Devedjian puisse apporter quoi que ce soit au parlement, lui qui par ailleurs est :
Président de la communauté d’agglomération des Hauts de Bièvre
Vice-Président du Conseil Général des Hauts de Seine
Maire adjoint de la ville d’Antony
Conseiller politique de Nicolas Sarkozy à l’UMP
Absent de la réalité locale, les Antoniens le savent bien

4 emplois pour un seul homme - c’est trop !

Et, n’oublions pas que Patrick Devedjian est issu du gouvernement Raffarin qui a fait la preuve de son incapacité depuis 2002, dans tous les domaines. Monsieur de Villepin ne lui proposait qu’un siège de sous-ministre dans le dernier gouvernement, peut-on considérer qu’il s’agit d’un hommage à son œuvre ?

Enfin que dire d’un candidat qui n’a pour seul programme que d’être l’ami de Monsieur Sarkozy ?

Pour changer vraiment de politique - Votez Vert !

Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50