Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

CPE : les cinq contrevérités du gouvernement - mars 2006

mercredi 29 mars 2006

Bas salaires, temps partiel subi, chômage : les jeunes sont, avec les femmes, ceux qui souffrent déjà le plus de la précarité. ... Pourtant le gouvernement Villepin/Sarkozy a choisi d’imposer de nouveaux obstacles à une population qui cumule déjà toutes les difficultés.

Le CPE n’est pas négociable. Il doit être retiré maintenant

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

1 : La précarité est la solution au chômage

FAUX
CDD, intérim, temps partiels subis, facilitation des licenciements...Depuis trente ans on nous vend la flexibilité comme le mal nécessaire pour combattre le chômage. Or, depuis trente ans, il augmente. Résultat, nous avons maintenant deux problèmes : le chômage ET la précarité.

2 : LE CPE va favoriser l’embauche des jeunes
FAUX
Une entreprise n’embauchera pas si son carnet de commande est vide, même s’il est facile de licencier. Faciliter les licenciements avec le CPE ne conduira pas les employeurs à maintenir des postes de travail. Au mieux, le CPE conduira les employeurs à préférer l’embauche d’un jeune... à la place de ses parents qu’il pourra moins facilement licencier

3 : Le CPE permettra d’intégrer les jeunes en difficulté.
FAUX
Le CPE s’adresse à tous les jeunes, quel que soit leur niveau d’étude. Il n’incite en rien les entreprises à embaucher des jeunes non ou peu qualifiés. Le tout-flexible est un cadeau fait aux employeurs. Il ne donne pas aux salariés les plus fragiles les armes nécessaires pour améliorer leur position sur le marché du travail.

4 : Le CPE est un vrai contrat à durée indéterminée.
FAUX
Le CPE est un CDD qu’on peut interrompre à tout moment. L’indemnité de rupture est d’ailleurs équivalente à la prime de précarité prévue dans le cadre du CDD. Avec le CPE et sa période d’essai de deux ans, les entreprises cumulent tous les avantages sur le dos des jeunes.

5 : Le CPE va faciliter l’intégration des jeunes dans l’entreprise
FAUX
La confiance suppose la réciprocité. Si l’employeur ne fait pas confiance à ses salariés en leur accordant un minimum de garanties, on ne voit pas pourquoi les salariés auraient confiance dans leur employeur. Le CPE, ne permettra pas à la jeunesse de se réconcilier avec le monde du travail.

Ce que le gouvernement n’ose pas dire

Le CPE fragilise le salarié
VRAI
Le CPE met le salarié dans une situation d’insécurisation durable, Il casse les possibilités de résistance des salariés en les obligeant à accepter sans rechigner les heures supplémentaires non payées, les tâches dangereuses, les abus de l’employeur, en rendant plus risquées encore la syndicalisation et la défense de leurs droits. En cas de licenciement d’un délégué syndical ou d’une femme enceinte, la charge de la preuve de la discrimination incombe au salarié qui ne peut plus alléguer d’un faux motif de licenciement.

Le CPE est contraire au droit international
VRAI

Non seulement la précarité est érigée en système de gestion de l’emploi, mais pour la première fois, et contrairement à la convention 158 de l’Organisation Internationale du Travail, il n’est plus besoin de justifier un licenciement, il n’y a plus d’entretien préalable, et la période d’essai dépasse tout délai raisonnable. C’est une protection essentielle du droit du travail qui tombe, ouvrant la perspective au « contrat unique » (CDI avec liberté absolue de licencier) pour tous. On entre ainsi dans l’ère du salarié jetable, corvéable à merci car menacé de la porte s’il veut faire respecter ses droits.

Le CPE coûte cher
VRAI
Le CPE comme le CNE sont assortis d’une exonération de cotisations sociales patronales de trois ans, ce qui ne peut que creuser le déficit de la sécurité sociale. Le CPE comme le CNE poursuivent la logique de transferts financiers en faveur des entreprises. Rappelons que les exonérations de charges sociales représentent déjà 22 milliards, auxquels s’ajoutent 16 milliards d’aides directes des différentes collectivités publiques aux entreprises. Le total représente trois fois le montant des minima sociaux que l’on nous dit ne pouvoir augmenter.

Le CPE, c’est du dumping social
VRAI
dans la perspective de construction d’un modèle social européen que demandent les citoyens européens, le CPE comme le CNE se situent dans une logique inverse, en participant à l’alignement vers le bas des systèmes sociaux des différents pays européens et au dumping social qui en résulte.

Dans leur programme pour 2007, les Verts proposent notamment :

  • la majoration des cotisations sociales des entreprises qui recourent aux contrats précaires (système de bonus-malus)
  • l’extension du RMI pour les jeunes de moins de 25 ans et l’allocation d’autonomie pour les étudiants
  • l ’instauration d’une prime salariale pour compléter le salaire des travailleurs pauvres
  • la création d’emplois par l’extension de la réduction du temps de travail aux entreprises de moins de 20 salariés et le développement d’emplois d’utilité sociale et environnementale.

le groupe emploi de la commission Economie et Social des Verts

Mot-clé :
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50