Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

les motions régionales - préparation de l’AG 2006

Urgence Ecolo en Ile-de-France - Remettre l’écologie au cœur des Verts

motion n°5

dimanche 8 octobre 2006

Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

Au moment où les idées que nous défendons depuis René Dumont passent dans l’opinion et dans les media, les Verts eux-mêmes s’en détournent comme s’il s’agissait d’une maladie honteuse ! Nous n’avons pas à nous mortifier d’avoir eu raison de sonner l’alerte ! Aujourd’hui, une majorité culturelle constate les ravages de notre société de surconsommation : prédation des ressources, réchauffement climatique, saccage de la nature, impact sanitaire des pollutions, maladies de civilisation et nouvelles pandémies.

Affirmons avec courage le paradigme écologique qui nous définit et nous différencie des autres formations politiques ! Affirmons notre spécificité pour que le crédit de sympathie dont bénéficie l’écologie dans l’opinion se traduise enfin sur le plan électoral !

1. Placer l’écologie au cœur des Verts et les Verts au cœur de l’écologie

La crise écologique a dépassé le stade des menaces et des seuls chocs sanitaires, pourtant déjà lourds (pollutions de l’eau, de l’air et des sols). Ses conséquences économiques et sociales commencent à perturber les conditions de vie de millions de personnes. C’est une crise multiforme perceptible aussi bien dans les altérations du climat, dans la raréfaction ou l’épuisement de ressources irremplaçables (pétrole, minerais, eau...) que dans le déclin de la biodiversité (déforestation, disparition des espèces...).

Cela remet radicalement en cause le modèle économique productiviste qui a prospéré jusqu’alors. Un exemple frappant est donné par la crise que provoque, dans un contexte d’urbanisme étalé et de priorité à la route, l’augmentation du prix des carburants sur des secteurs d’activités entiers et leurs salariés. Aucune politique publique ne peut plus faire l’impasse sur les conséquences de cette crise écologique.

Force est de constater que, malgré le verdissement des discours, droite et gauche demeurent prisonnières d’une vision classique de la croissance économique. Les politiques actuelles ne savent répondre à la crise que par une fuite en avant vers plus de technicité et d’artificialisation (OGM, nucléaire..) faisant fi des risques qu’elles accumulent sur les générations futures.

Malheureusement, y compris au sein des Verts, l’urgence écologique est parfois minimisée par crainte d’effrayer l’opinion et de ne pas répondre aux questions sociales. Pourtant les Verts sont à l’origine de nombreuses idées novatrices, transversales (nouveaux indicateurs de richesse, distinction entre revenu et travail, innovation pédagogique...). Nous n’avons rien gagné à les mettre en sommeil au profit des revendications traditionnelles d’une gauche française encore marquée par l’étatisme et une vision marxiste des rapports sociaux. Le seul effet en a été le brouillage de notre message.

Il est de la responsabilité des Verts de pointer ces problèmes, qui sont ceux du XXIème siècle, et de proposer sans attendre des réponses politiques.

L’empreinte écologique de nos sociétés croit dans des proportions insoutenables, alors même que l’indice de développement humain des pays pauvres stagne ou régresse. La mondialisation non contrôlée bouleverse autant les politiques de régulation sociale que les écosystèmes ! Notre modèle de développement, prédateur pour la planète, est incapable d’empêcher la précarisation d’une part croissante de la population, de sa jeunesse et de ses banlieues.

Face à la crise et à la montée des communautarismes, Les Verts entendent promouvoir l’épanouissement des individus dans une société ouverte et non-violente. La laïcité, respectueuse des convictions de chacun et l’égalité femmes/hommes sont des valeurs incontournables qui organisent l’art du vivre ensemble et restent le meilleur rempart contre les discriminations.

L’Etat-nation n’est plus l’échelon pertinent. Les Verts doivent être en pointe d’une Union européenne exemplaire sur l’agriculture, le social, les transports. En matière économique, une plus grande sobriété dans les consommations permettra une juste répartition des ressources. L’internalisation des coûts environnementaux favorise les circuits courts : la relocalisation de certaines activités par le renchérissement du transport est une opportunité pour nos économies et pour la création d’emplois de qualité.

L’Urgence écolo c’est plaider pour la décroissance de l’empreinte écologique, et pour la reconversion écologique de l’économie, en particulier les créations d’emplois dans les écofilières, le commerce équitable, l’économie sociale et solidaire. Mettons en valeur l’innovation des élus verts aux niveaux régional et local.

2. L’Ile-de-France au coeur d’une crise écologique d’envergure planétaire

La majorité de l’humanité vit désormais dans de vastes agglomérations urbaines. Des rapports internationaux nous alertent régulièrement sur les conséquences écologiques et sociales désastreuses du développement de ces mégapoles. L’Ile-de-France n’échappe pas à la règle.

Le coeur de notre région livré à la concentration urbaine est confronté à l’accumulation des nuisances : air irrespirable, bruit, embouteillages, béton, densification, enlaidissement, désagrégation sociale, exclusion, solitude, violence... A la périphérie, les immenses zones agricoles franciliennes sont livrées au ravages de l’agriculture intensive et de l’élevage « hors sol ». La « ceinture verte », où se trouvent les derniers espaces naturels, se réduit dramatiquement sous les effets de la pression foncière et du mitage lié à l’urbanisation diffuse.

Les erreurs d’aménagement accumulées ces dernières décennies ont conduit à des aberrations en matière de déplacements : embouteillages et transports publics saturés en zone urbaine dense et usage de la voiture démesuré en périphérie du fait de l’étalement urbain (habitat dispersé, centres commerciaux, zones de terrains vagues...)

La révision du Schéma Directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDRIF) et les nouvelles orientations qui en résulteront seront déterminantes pour l’avenir de notre région. Menons à bien ce projet phare porté par les Verts au sein de l’actuelle majorité au Conseil Régional ! Mutualisons également nos expériences communales !

3. Dessinons une Ile-de-France ou il fait bon vivre

Voici quelques propositions significatives que nous suggérons pour mener des campagnes régionales pour les deux années qui viennent :

  • Lancer un plan de reconversion écologique des banlieues (éco-quartiers, amélioration de l’habitat, vie de quartier et lien social, embellissement du cadre de vie, démocratie locale, emplois de proximité...)
  • Rappeler les méfaits de la pollution de l’air ; impacts sanitaires et changement climatique. En déduire les actions à mettre en oeuvre : réduire le trafic automobile, lutter contre l’incinération des déchets, développer un habitat de haute qualité environnementale, diminuer la distance emploi/habitat...
  • Mener une campagne d’opposition radicale au développement du « tout climatisation »
  • Réaliser une campagne de sensibilisation contre le bruit dont les principales victimes sont les populations les plus défavorisées
  • Mettre en place un comité régional de vigilance « anti-OGM » et demander la reconversion d’un quart des surfaces agricoles de l’IDF à l’agriculture biologique pour subvenir à la demande sans cesse croissante des franciliens
  • Mener une campagne en faveur du « ménagement » du territoire de notre région (protection des terres agricoles et de la « ceinture verte ») dans le cadre de la révision du SDRIF. Annulation de tout projet autoroutier ou de rocade routière. Soutenir la mise en place de nouvelles rocades de transports collectifs (tramways...)...

4. Rassemblons les écologistes ; pour des Assises régionales de l’écologie

Les Verts doivent favoriser la diffusion des idées et pratiques écologistes dans la société en entretenant des relations soutenues avec des formations et personnalités qui partagent leurs objectifs et avec leurs élus, dans les politiques publiques, en favorisant l’émergence de corps intermédiaires.

L’écologie politique doit être forte, rassemblée et réunir individus et groupes au sein d’un même parti. Les Verts IDF ont la responsabilité de proposer des Assises régionales de l’écologie ouvertes à toutes celles et ceux qui se battent pour faire de l’IDF une éco-région, sans exclusive mais en étant clair sur les objectifs à atteindre : s’unir pour plus d’efficacité, dans la diversité.

L’émergence de personnalités qui veulent réorienter les politiques est une chance ! A nous de faire en sorte qu’elles soient complémentaires avec le réseau militant et élu de l’écologie politique que les Verts construisent depuis plus de 20 ans.

5. Inventons la formation politique de demain

Il existe depuis longtemps chez les Verts, un turn-over important des adhérents. Comment faire pour les retenir ?

Certes, les Verts ne doivent pas se réduire à être un simple parti d’élus. Mais il faut également cesser d’assimiler les adhérents à des « moines soldats », militants prêts à tous les sacrifices comme dans les formations d’extrême gauche. Profondes mutations sociales et contraintes de la vie moderne ne permettent plus aux adhérents de consacrer un « plein temps » pour militer et s’impliquer dans la vie du mouvement. Il nous faut, en conséquence, reconnaître à chacun le droit de pouvoir s’investir en fonction de ses aspirations, de ses disponibilités et de ses moyens, et être plus attentifs aux attentes de chacun.

Afin de mieux fidéliser les nouveaux adhérents et de créer une vraie culture commune aux Verts, nous souhaitons de vraies sessions de formation à l’écologie politique. Le montant de l’adhésion aux Verts-IDF est trop élevé comparé à celui d’autres régions. Nous proposons une baisse du niveau des cotisations pour être plus attractif.

Nous proposons la création d’une grande fête régionale de l’écologie qui aurait lieu chaque année au même endroit, l’objectif étant, à termes, d’en faire un grand événement d’envergure nationale.

Motion portée par Yves COCHET

Mot-clé :
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50