Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

Et si l’on décidait enfin de prendre au sérieux les cris d’alarme des scientifiques concernant le climat !

mardi 30 janvier 2007

Les chercheurs du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui se réuniront à Paris du 29 janvier au 1 février 2007 vont réaffirmer que la lutte contre le changement climatique est l’un des principaux défis du siècle. Et il y a fort à parier que pendant quelques jours les discours politiques vont sonner la mobilisation générale... avant de passer à autre chose. Si l’on décidait enfin de prendre au sérieux les cris d’alarme des scientifiques, que faudrait-il faire ?
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

D’abord s’accorder sur une méthode, assise sur trois piliers : les comportements, les politiques et la technique.

  • Rien de durable, ni de démocratique, ne peut se faire sans un changement de nos comportements quotidiens de consommation. Partager sa voiture avec un collègue pour se rendre au travail et diminuer ainsi par deux les émissions de Co2 émises dans l’atmosphère, acheter des fruits de saison et non des fraises importées du Chili dont le poids en CO2 émis est supérieur à son poids sur la balance du supermarché...
    Autant de gestes indispensables qui peuvent sérieusement contribuer à réduire notre empreinte écologique.
    Mais ces bonnes pratiques individuelles ne peuvent, seules, être à la hauteur des enjeux.
  • Il faut des politiques incitatives et règlementaires pour les accompagner et changer d’échelle. _ L’usage modéré de la voiture ne peut être généralisé que si en parallèle les pouvoirs publics développent l’offre de transports en commun et agissent sur les politiques d’urbanisme pour limiter la distance domicile-travail qui ne cesse d’augmenter.
    Même chose pour l’isolation des bâtiments et le développement des énergies renouvelables à usage domestique.
    Aujourd’hui, les aides publiques permettent de rentabiliser les investissements engagés par les particuliers en 12
    ans environ. Un horizon beaucoup trop élevé pour espérer généraliser les comportements vertueux de quelques pionniers.
    Une politique publique à la hauteur des enjeux doit ramener cet horizon à 3 ans, et à 0 pour les ménages les plus fragiles.
    Cela coûterait autour de 10 milliards d’euros par an... qui pourraient être intégralement financés en remontant les taux d’imposition sur le revenu à leur niveau de l’an 2000, avant les baisses inéquitables attribuées par Laurent Fabius puis par la droite.
    Mais pour que le changement soit effectif, encore faut-il que l’offre technique et économique soit suffisante.
    Aujourd’hui une collectivité locale ne peut pas fournir aux enfants un repas 100 % bio à la cantine car elle se heurte rapidement à des pénuries sur certains produits.
    Si demain 10 % des Français, ceux dont les sondages montrent qu’ils placent l’écologie au cœur de la campagne présidentielle, s’engageaient à passer leur chauffage domestique en solaire, le marché ne pourrait répondre à la demande, faute d’installateurs spécialisés notamment.
    Or, ces nouveaux besoins sont aussi l’un des principaux gisements d’emplois du XXI siècle.
    Si la France faisait aussi bien que l’Autriche en matière d’agriculture biologique, elle créerait autour de 80 000 emplois, mettant ainsi fin à une tendance entamée au XIX ème siècle de diminution de l’emploi dans le secteur primaire.
    Si la France mettait en place une politique d’isolation des logements à la hauteur des enjeux, elle pourrait créer plus de 100 000 emplois dans le bâtiment et l’artisanat.

Défi mondial nécessitant des politiques négociées au niveau international, le changement climatique est aussi un défi national qui interroge notre capacité collective à être à la hauteur de notre responsabilité : si l’on prend en compte les émissions de gaz à effet de serre depuis le début de la révolution industrielle il y a 200 ans, deux pays émergent comme les premiers responsables du changement climatique : la France et le Royaume-Uni.
Alors qu’attend-on pour nous engager sur un autre chemin, nécessaire et souhaitable. Celui d’une société plus juste, plus conviviale, moins obsédée par la consommation, à tout prix, y compris à celui de notre avenir.au prix de l’avenir des générations futures.

Pascal Canfin, président de la commission Economique et sociale des Verts, auteur de L’économie verte expliquée à ceux qui n’y croient pas

Mots-clés : ,
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50