Archives des Verts IDF Archives des Verts IDF
Archives des Verts IDF
de 2002 à 2010

Tchernobyl 21 ans de mensonges avec la complicité de l’OMS

mardi 15 mai 2007

Vingt-et-un ans après l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, près de 500.000 enfants du Belarus et d’Ukraine, qui n’étaient pas nés au moment de la catastrophe, souffrent de dommages radiologiques.
Ces maladies cardiovasculaires, endocrines et les malformations sont la conséuence de l’accumulation dans certains de leurs organes (le cœur, les muscles, les os...) de deux composés radioactifs (le césium 137 et le strontium 90), suite à l’ingestion d’aliments contaminés par ces produits.
Envoyer à un ami
Version imprimable de cet article

L’incorporation chronique des radionucléides dans l’organisme de millions de personnes, condamnées à se nourrir avec des aliments radioactifs, est un fait absolument nouveau, produit par la catastrophe de Tchernobyl, dont l’humanité n’a aucune expérience.

Les victimes de cette « expérimentation » témoignent de leur abandon au milieu de la radioactivité qui ronge leur vie depuis 21 ans et les tue, eux et leurs enfants, dans l’indifférence générale. _ Elles ne comprennent pas pourquoi le monde ne les voit pas, ne les entend pas, alors que ce dont elles souffrent menace aujourd’hui tous les habitants de la planète.

Pourquoi l’Organisation mondiale de la santé n’a-t-elle rien fait dans les territoires de Tchernobyl ?
Pourquoi a-t-elle négligé son travail de radioprotection abandonné aux promoteurs des centrales nucléaires ?
La réponse à leur étonnement existe et elle est révoltante.

L’opinion publique dans son ensemble ignore encore l’existence d’un accord signé entre l’OMS et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui empêche l’OMS d’agir librement dans le domaine nucléaire si elle n’a pas l’assentiment de l’AIEA.
Cet accord précise en effet que " chaque fois que l’une des parties se propose d’entreprendre un programme ou une activité dans un domaine qui présente ou peut présenter un intérêt majeur pour l’autre partie, la première consulte la seconde en vue de régler la question d’un commun accord ". _ (article 1, paragraphe 2).

Or l’AIEA a pour mission " d’encourager, d’aider et de coordonner dans le monde entier les recherches ainsi que le développement et l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques ".

Application pratique de cet accord : l’OMS, après avoir attendu 5 ans avant de se rendre dans les territoires contaminés par la catastrophe de Tchernobyl en 1986, publie en 2005, un dernier rapport évaluant à 51 le nombre de morts provoqués par l’accident, auxquels elle ajoute 4000 cancers de la thyroïde « très bien soignés » estime-t-elle.
Ce mensonge, cette négation résulte de l’application de l’article 3 de l’accord qui précise que certaines données peuvent être tenues secrètes.

Des organisations qui viennent en aide aux victimes de Tchernobyl (Enfants de Tchernobyl Belarus, CRIIRAD, Contratom Genève, Réseau Sortir du nucléaire, SDN Loire et Vilaine, Brut de Béton Production) ont décidé de lancer une campagne pour demander la révision de l’accord et exiger que l’OMS remplisse sa mission auprès des populations touchées par la contamination radioactive.

André Larivière Réseau Sortir du Nucléaire
Alain Uguen Association Cyber @cteurs

Mot-clé :
Top
Plan du site | Revue de Web | Site réalisé par Oizoo avec SPIP | SPIP
Les Verts Ile de France - 5 rue d’arcueil - 75014 Paris - Tél. 01 45 65 33 60 - Fax. 01 45 65 41 50